Les Antivitamines K (AVK)

Les Antivitamines K (AVK)

Les AVK sont indiqués dans la prévention de la formation ou de l'extension d'une thrombose ou d'une embolie.

Qu'est-ce qu'une thrombose veineuse profonde?

Une thrombose ou phébite se traduit par la formation d'un caillot dans le réseau véneux profond des membres inférieurs.

Qu'est-ce qu'une embolie pulmonaire ?

Si le caillot se détache et migre vers une artère pulmonaire, cela constitue une embolie pulmonaire. L'embolie pulmonaire est mortelle dans plus de 15% des cas; cela représente environ 15 000 décès par an en France.

Qu'est-ce que la vitamine K ?

La vitamine K est présente, en quantités infiniment variables, dans la plupart des aliments.

La vitamine K est impliquée dans le phénomène de coagulation; elle participe donc activement à la formation du caillot.

Qu'est-ce que les antivitamines K (AVK)?

Les AVK vont s'opposer à l'action de la vitamine K, c'est à dire s'opposer à la formation du caillot en fluidifiant le sang. Ce sont donc des anticoagulants. Leur rôle est de ralentir la coagulation sanguine et ainsi prévenir et traiter la formation anormal de caillots dans les vaisseaux sanguins.

Quels sont les médicaments AVK ?

  • PREVISCAN = fluindione
  • SINTRON et MINISINTRON = Acénocoumarol
  • WARFARINE = coumadine

Comment bien prendre votre traitement ?

Administration par voie orale

1 PRISE PAR JOUR :

  • à la même heure
  • de préférence le soir
  • toujours dans les mêmes conditions (avant, pendant ou après le repas)

Quoi faire en cas d'oubli ?

  • Si < 8h après l'heure habituelle : prendre le comprimé oublié
  • Si > 8h après l'heure habituelle : “sauter” cette prise et prendre la suivante à l'heure habituelle, le lendemain

Quels sont les risques du traitement ?

  • Si le dosage est insuffisant => RISQUE THROMBOTIQUE

Le sang n'est pas suffisamment fluidifié.

  • Si le dosage est trop fort => RISQUE HEMORRAGIQUE

Le sang est trop fluidifié.

La posologie de ce traitement est strictement individuelle : la même dose d'AVK n'a pas le même effet chez tous les patients.

Comment bien surveiller son traitement ?

Il faut effectuer une surveillance régulière tout au long du traitement pour éviter un surdosage ou un sous-dosage.

Cette surveillance passe par le contrôle de l'INR.

INR = International Normalized Ratio

L'INR s'effectue par prise de sang, il n'est pas nécessaire d'être à jeun. Il est préférable qu'il soit effectué toujours dans le même laboratoire.

L'INR doit être réalisé au moins une fois par mois (plus fréquemment en début de traitement).

En cas de surdosage ou de sous- dosage, il est impératif de prévenir le médecin sans délai, des adaptations posologiques sont à mettre en oeuvre très rapidement et un contrôle de l'INR sera réalisé dès le lendemain. Si le médecin n'est pas joingnable, composer le 15 ou le 112.

Signes d'alerte, évocateurs d'un surdosage

  • un saignement, même minime : saignements des gencives, saignement de nez, hémorragie conjonctivale, règles exceptionnellement abondantes, hématomes ;
  • Saignements plus inquiétants : sang dans les urines, sang dans les selles, selles noires et nauséabondes, crachats sanglants, vomissements sanglants, saignement persistant ;
  • autres signes à ne pas négligés : fatigue, essoufflement, pâleur, céphalées, malaise inexpliqué.

Les aliments riches en vitamines K

Ils doivent être consommés avec modération et de façon occasionnelle car ils sont susceptibles de perturber l'action des anticoagulants.

  • Les brocolis, chou vert, choucroute, chou de bruxelles, chou rouge, chou fleur
  • épinard, fenouil, asperge, concombre avec peau, poireau, reine claude
  • huile de colza, huile de soja, margarine, huile d'olive
  • laitue, roquette, scarole, persil, cresson, thé vert
  • foie et abats, poulet avec peau
  • haricots verts, fèves, pois

Risque lié à l'automédication

Ne prenez jamais un autre médicament de votre propre initiative ; demandez toujours l'avis de votre médecin ou pharmacien.

En effet les médicaments susceptibles d'interagir avec les AVK sont très nombreux.

Rôle du pharmacien

Depuis juillet 2013, vous pouvez bénéficier de 2 entretiens individuels et personnalisés par an au sein de votre pharmacie. Parlez-en à votre pharmacien !